Couvou
Une histoire, un rêve, une vie !!

La découverte d'un sport


Le triathlon, sport peu médiatisé lorsque je le découvre au début des années 2000, sur les bords du plan d'eau d'Embrun.
C'est un 15 août, à 6h du matin, dans la fraîcheur des Hautes-Alpes, que j'ai compris ce qu'était le triathlon ! Ces personnes à moitié givrées qui enchaînent natation, vélo et course à pied ?!
Oui c'est ça !

Et beh, ça doit être dur ! Il faut être fou non ?

Nager, faire du vélo et courir ?? Moi aussi un jour je le ferai !


 

Un jour, une rencontre !


C'est un jour de septembre 2010, alors que je souhaite rejoindre la section triathlon de mon régiment, je croise la route d'un gars qui a l'air de s'y connaitre en triathlon, qui m'explique comment prendre une licence et qui m'invite à venir pédaler avec le groupe.
Mais des les premiers tours de roues, je suis à la rue complet, pas le niveau pour rouler avec ces mecs là...
Mais ce petit gars me pousse, me tire vers le haut, me conseille et me fais mes premières séances d'entrainement et me pousse à m'inscrire à ma première compétition

Bref, je commence officiellement le triathlon.

Ce gars ? C'est Laurent Dodet, ancien athlète professionnel, devenu ami, la personne qui m'a accompagné au tout début et en partie grâce à qui j'en suis là aujourd'hui.

Laurent, même si tu m'as souvent mis dans le dur à l'entrainement, merci pour tout !!!


 

Lancé dans le grand bain !



10 avril 2011, triathlon sprint de la corniche d'or (Agay), première compétition. Ça y est je vais découvrir de l'intérieur ce qu'est le triathlon.
Départ, tout le monde court, moi aussi. Entrée dans l'eau, coup de pied, coup de poing, purée c'est violent !!
Sortie de l'eau, 20 kilomètres de vélo et 5 kilomètres à pied, aie les jambes ! Je termine vide mais avec une énorme envie de remettre ça.
Laurent !? Ça m'a plu, je veux continuer.


Arrive ensuite le premier duathlon sprint (Hyères), puis le premier triathlon courte distance un mois après (Sainte-Maxime).


Les entraînements se développent un petit peu, je commence à sortir plus souvent le vélo, fractionné quelques séances, bref essayer de progresser un peu tout en prenant du plaisir.


2012, spectateur lors de l'Ironman France, je rentre d'une bonne journée et n'ai qu'une idée en tête, prendre le départ l'an prochain :-)



 

Arrivée sur longue distance !


Me voilà, tout jeune avec mon envie d'Ironman, commence à allonger les séances, les formats de courses avec des passages sur Tristar 111, Ironman 70.3 d'Aix et Mallorca, puis le coup de tête de m'aligner au départ des mondiaux ITU LD 2013, parce qu'il se déroulent à la maison (Belfort), il y aura ma famille et vu le format initial (4/120/30), ça relève du beau défi pré-Ironman !

Ce sera la grande satisfaction pour moi, malgré une météo pittoresque et une natation annulée, je décroche la seconde place de mon groupe d'âge (18-24 ans) et donc une place de vice-champion du monde 18-24 ans.

Cette fois c'est sûr, je veux faire du longue distance !!



 

L'Ironman, une première et sa surprise !



Nice 2014, j'ai finalement attendu une année supplémentaire pour poser le pied à Nice.
J'ai rejoint le groupe BPC Coaching et Benjamin Pernet.


La découverte, la préparation, les séances qui font mal, put*** c'est ça l'Ironman ?!
Mais c'est passé, il y a eu des séances pour rassurer et des séances pour se dire "là je sais que je suis prêt" !


Je suis allé à Nice pour faire moins de 12h, avec le rêve prématuré de pouvoir un jour aller à Kona.


Et les mots du grand sage, Fabrice Houzelle, dans la tête "ne rien lâcher" feront que je sortirai avec un temps de 9h43 et une qualification pour Kona, au roll-down grâce à ma 4ème place en 18-24 ans.


S'en est précédée, une première qualification pour le championnat du minde Ironman 70.3 (Canada).


Cette fois c'est sûr, j'aime ces distances, j'aime quand ça use, j'aime ces "aventures" d'un jour qui nous font passer par tous les états !!



 

Kona, l'Ironman d'Hawaii, le mythe, le rêve !

J'en ai rêvé, je ne m'y attendais pas, je l'ai vécu !!

- 2013 : en mode spectateur, je vous laisse imaginer ce qui m'a traversé pendant ces moments là

Mais que dire de :

- 2014 : au milieu du Pacifique pour vivre mon rêve et aller chercher cette médaille et vaincre le mythe
- 2015 : retour dans l'archipel, après une qualification inattendue en Allemagne, cette fois accompagné du coach, pour vivre cette expérience hors normes et indescriptible
- 2017 : la troisième, un gros voyage en famille, pour vivre une dernière expérience chez les amateur, avant de tourner une page importante

Kona et Hawaii ont nourri ma motivation et m'ont fait m'entrainer toujours plus depuis 2013. Durant cette période, j'ai appris et découvert un nombre incalculables de choses, sur moi, sur ma discipline, sur la vie en général, au point de prendre conscience que tout est possible dans la vie si on se donne les moyens d'y arriver.

Je n'ai jamais dit "adieu" à Hawaii, car on ne luit dit jamais au revoir, on lui dit toujours "à la prochaine fois" !

MAHALO HAWAII

 

L'après 2017 ?!

Aujourd'hui, le sport et le triathlon rythment ma vie, me motivent à me lever le matin, m'aident à voir plus loin...

Sur le chemin qui mène au rêve, rien n'a été facile...
Il a fallu faire des sacrifices, de gros mêmes, à la fois personnels et professionnels, faire des choix, pas toujours simples, surtout quand tu as cette passion pour quelque chose qui est plus forte que tout ce qu'il y a autour !!

Mais le chemin qui mène au rêve est beau, magique, extraordinaire et incroyable, c'est pour ça qu'il faut le vivre, aller jusqu'au bout afin de monter tout là-haut, où tu te sens le roi du monde, en apesanteur et en espérant que ce moment soit le plus long possible !!

Cependant, tu croises toujours des personnes qui tentent de te dissuader, de te freiner dans ta progression, de te mettre des bâtons dans les roues... Pour quoi au final ? Par jalousie ? par méchanceté ? par manque de personnalité ? Pas sûr qu'eux-mêmes le sachent...

Puis il y a les "vrais" comme on les appelle. Ceux qui sont là quand ça ne va pas, ceux qui t'aident, t'accompagnent, t'écoutent, te soutiennent et s'investissent à tes côtés, sans oublier ceux qui font également des sacrifices pour toi !

Sur la route qui m'a mené jusqu'à mon rêve, j'ai eu la chance de rencontrer les bonnes personnes et parfois même aux bons moments, car on ne va pas se mentir, la chance est une composante de la réussite, et ce peu importe le domaine.

C'est pourquoi j'adresse un grand merci à toutes ces personnes ! Merci pour tout !


Et maintenant ?!

Je continue ma route chez les professionnels, avec l'envie et l'espoir de revivre un jour le rêve hawaïen !!!