Couvou
Mes objectifs

retourCompte rendu de course
2018-02-02Ironman 70.3 Dubaï**39


6h45 à Jumeirah Beach, l’échauffement est terminé. Je vais me placer dans le sas de départ et, rien qu’à voir les gens qui m’entourent, j’ai déjà les puls qui s’élèvent ! Dans quelques minutes je vais m’élancer aux côtés de grands noms pour ma première course pro. Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais ça file quand même quelques frissons.

En place, et, GOOOOOO !!! Ici pas de départ au coup de canon :-)
Quelques foulées puis je plonge dans le Golfe Persique. Le départ est, comme je m’y attendais, très rapide et je m’en tiens à ma ‘’stratégie’’, essayer de rester un maximum de temps au contact ou dans des pieds. Le début de parcours dans la marina de Jumeirah se fait sans encombre, à l’abri de tout courant et je suis toujours dans les bulles. Puis arrive le moment où nous quittons la marina et arrivons dans les eaux ouvertes sur le large. Et là, c’est une autre paire de manche… La houle est forte, le groupe s’échappe rapidement et je me retrouve isolé avec quelques gars, puis fini par ne plus voir beaucoup de monde. A vrai dire, je suis concentré sur ma course et essaie, dans la mesure du possible, de repérer les bouées afin de ne pas rallonger cette escapade maritime :-)
Courant de face, puis sur le flanc gauche, dernier virage et direction la plage, courant dans le dos. Là encore j’essaie de nager droit, en direction de l’arche, qui se rapproche. Les gens devant moi se redressent, à mon tour d’avoir pied, un peu de dolphin et direction le parc.
29’07’’, outch !!!! Je n’ai pas pour habitude d’être sujet au mal de mer, mais je me suis bien fait balloter, ce qui me vaut une petite remontée sur le chemin menant à mon vélo. Mais ce n’est finalement qu’un vilain rot :-D

Me voilà au bike, je pose tout et vais à l’essentiel pour essayer de ne pas m’élancer seul sur l’autoroute. Le début de segment est intense et je suis clairement en surpuissance, avec une fréquence cardiaque haute (15 premières minutes à plus de 175 bpm). Je reviens progressivement sur deux autres concurrents, les dépasse et continue mon bonhomme de chemin. Je me fais à mon tour passé, j’essaie d’accrocher mais je laisse filer. Pas grand-chose à dire sur cette première moitié de parcours, si ce n’est le fait que je suis seul, que le vent et de face et que je suis nettement plus puissant que ma cible du jour ! Ah, voilà Brownlee en sens inverse, seul lui aussi…personne à l’horizon derrière, le mec a assommé la course :-)
Le demi-tour approche pour moi aussi, je bascule, et m’engage sur le chemin du retour, toujours avec la même puissance, celle que je vais essayer de tenir vent dans le dos. Posé dans mes barres, le retour est similaire à l’aller, je suis seul et franchis le 70ème km avec 262w de moyenne (4,09w/kg). Le vent revient un peu de front mais les kilomètres défilent assez vite. Je commence tout de même à accuser le coup de mon effort et vois ma puissance diminuer légèrement jusqu’au parc… Me voici de retour en ville, puis à Jumeirah, je déchausse et descends du bike après 2h17’21’’ de roulage à 256w de moyenne (4,00w/kg) et 164 bpm.

T2 express, plus rapide qu’Alistair, au moins à un endroit :-)

Baskets aux pieds, c’est parti pour un semi. Je cours avec ce qu’il me reste, toujours concentré et croise les autres, ce qui me donne une idée des écarts. Il ne se passera pas grand-chose durant la partie pédestre non plus… Je remonte un concurrent et gagne une place. Après 1h18’39’’ à pied, je passe la ligne d’arrivée.

Je termine l’épreuve à la 25ème place chez les pros et la 39ème au général.